Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
02 May

Un chapitre est clôs....

Publié par Mobydick  - Catégories :  #Le but

Un jour à Marseille j'ai rencontré par le biais d'une amie une fille se nommant ML, grande, rousse, des cheveux longs, des grands yeux verts/jaune, pas très jolie mais avec un certain charme. Cette fille vivait presque dans le caniveau, peu de revenus, un studio insalubre avec une table, une chaise, un canapé à bout de souffle et un job à ramasser les plats au flunch de Marseille....

Je me suis pris d'affection pour elle, nous nous sommes vus souvent. Nous avons passé des nuits entières au téléphone à refaire le monde..... Elle était seule, peu d'amis, sa mère étant décédée dans des conditions abominables deux ans auparavant et son père inexistant dans sa vie. Il l'a considérait plutôt comme une copine que comme sa fille.

J'ai aimé cette fille. Je ne saurait jamais si c'était réciproque, qu'importe.

Je vivais à Fuveau, petite bourgade au pied de la sainte victoire à côté d’Aix en Provence dans une grande maison typique provençale.

Ma vie à du lui plaire, nous vécûmes ici quelques mois. Ces amies lui disaient souvent la chance qu'elle avait....

Quelques mois plus tard je fût contraint de remonter sur Paris pour travailler, la crise du bâtiment (nous sommes en 1992) devenant difficile à supporter économiquement parlant en Provence.

Bien évidement elle me suivit, nous primes un appartement à Ris orangis. Pendant ce temps je créais un cabinet d'économistes de la construction en association avec un certain Patrick. Nous eûmes plusieurs salariés, dont une secrétaire.

Quelques mois plus tard elle m'offris le plus beau cadeau du monde : un enfant, Julien. Le jour de sa naissance, ce fût le plus beau jour de ma vie, en sortant de la clinique j'avais envie d'embrasser la terre entière.....

Mais la vie n'était pas si rose, déjà au niveau professionnel, la crise aidant, notre cabinet vivotait. Au niveau sentimental c'était au plus bas. ML me disant tous les jours depuis qu'elle était enceinte que si il y avait des soucis entre nous deux, elle partirait avec l'enfant et que je ne le reverrait pas.... ML ne respectait rien, ni elle, ni moi, ni personne. Elle ne connait pas ce mot ni sa signification....

Je me suis alors consacré à la fois à mon travail et à mon fils. ML ne travaillant pas, n'en faisait pas plus à la maison, ni pour son jeune fils. Souvent je rentrais à 4 heure de l'après midi pour le faire gouter ou m'occuper de lui. ML se contentant de passer ses journées devant la télé ou avec ses amies à discuter. Quand je rentrais mon fils jouait seul au milieu d'un nuage de fumée de cigarettes......

Je retournait ensuite au boulot, mes bureaux étant juste à côté de l'appartement. Je travaillais dur, souvent la nuit, le we, me partageant entre mon bureau et mon fils.

Au bout de trois ans, après avoir testé une grande partie de mes amis, également un ami de mon père, elle parti 3 semaines un matin d'Août avec un ami rencontré la veille lors d'une soirée....

Cet ami ne savait pas que nous étions toujours ensemble, manipulatrice, elle lui expliqua que nous sortions en soirée ensemble, mais étions séparés. Il ne savait pas non plus qu'elle avait un enfant de trois ans....

Julien tomba malade d'une varicelle. Elle ne vit jamais une seule vésicule sur Julien, bien trop occupée à vivre sa vie de femme comme elle se plaisait à dire....

Julien souffrait de ne pas voir sa mère,ce n'était que le début....

Le jour ou l'ami en question sût qu'elle avait un enfant, un compagnon, son ami, il lui dit de partir, il ne voulait plus entendre parler de cette fille.

Entre temps Julien rentra en première année de maternelle, sans sa mère, bien trop occupée....

Retour à la maison, il l'avait quitté, je n'avait rien à dire, à reprocher sinon elle repartait....

En fait le retour était non pas pour moi ou pour son fils, mais pour organiser la sortie de prison de son frère cadet, de l'héberger à la maison avant de l'envoyer à Tahiti où son père et sa belle-mère vivaient dorénavant.

Le frère sortit de prison, vécu plusieurs semaines à la maison, profitant de tout, vidant le frigo tous les jours, buvant, fumant sur mes revenus....

1000 francs de l'époque (150 €) tous les deux jours de courses.....

Il parti enfin à Tahiti, sans dire merci, sans reconnaissance, rien.....

ML parti aussi, un matin de janvier, après une soirée d'anniversaire sulfureuse avec un certain Xavier, quelqu'un que je considérais comme un de mes meilleurs amis. Elle abandonna encore Julien.

La colère me pris et ma décision fût prise de l'expulser de ma vie. Elle était interdite de séjour à la maison. Tu ne me respectes pas, tu abandonnes ton fils, et bien casses toi et ne reviens plus. Nous nous reverrons devant un juge pour la garde de Julien.

Je la gifla en apprenant toutes les trahisons faites à mon encontre, j'avais confiance en elle.... J'étais écœuré pour Julien qui n'avait pas demandé à vivre cela.

Je vis un matin Xavier, que j'attendais devant chez ses parents pour lui casser la figure. Il ne se passa rien mais nous discutâmes tous les deux, sur lui, moi,  ML et sur Julien.....

Je me rappellerais toute ma vie cette phrase : "Tu sais, Julien, je l'aime comme mon fils et peut-être plus que toi.... je l’élèverais mieux que toi...." Non content de me trahir, il voulait me voler tout ce qu'il me restait dans la vie : Mon fils.... Les années prouveront qu'il avait raison, il fini par me remplacer de le coeur de Julien....

Entre-temps mon cabinet fût fermé, suite à la crise, au licenciement de mes salariés et au cambriolage de mes bureaux deux jours avant le départ des salariés de la société.Je ne saurais jamais qui a fait ça. Mon associé, un collaborateur?

Toujours est-t'il que j'ai fait une journée de garde à vue, je passe les détails....

Bilan, 300 000 francs de matériel informatique volé, non remboursé par l'assurance, 800 000 francs de dettes professionnelles et 90 000 francs de dettes personnelles......

La suite de ma vie à été un combat acharné pour survivre, payer mes dettes en travaillant comme un forcené, m'occupant seul de Julien dont j'ai eu la garde pendant cinq ans. J'alternai entre travail et m'occuper de Julien.

Sa mère ne s'occupant peut de lui, le prenant quand cela l'arrangeait, même les we qui lui étaient attribués. " Tu l'as voulu, démerdes toi, qu'elle me disait..."

Lorsqu'il avait un accident je me retrouvais seul à l’hôpital avec lui, le prenant en charge... Elle avait oublié qu'elle avait un enfant.....

Julien souffrait du syndrome de l’abandon, ne supportant jamais d'être seul, il était peu indépendant, il était toujours avec moi.

C'était mon Fils, ma bataille....

Malgré les ennuis, les dettes, j'ai tout fait pour que sa vie soit celle d'un petit garçon normal, ne manquant de rien, je me sacrifiait pour qu'il ai tout ce qu'il fallait. Mes parents, ma sœur me remplirent le frigidaire souvent afin de m'aider. Mes voisins Laurence et Mickaël aussi. Je ne mangeait que lorsqu'il était là, les autres jours m'aidant à économiser. Noël à toujours été Noël pour lui. Il n'a manqué de rien, mis à part de sa mère....

Julien était extraordinaire, me sautant dans les bras lorsque je le prenait à l'école, les mamans et maitresses étant toujours émerveillées de voir cette relation peu commune entre lui et moi....

Sa mère étant casée, il se mit en tête de me trouver une compagne, il draguait pour moi!!!! Un jour à cinq ans, il demanda au restaurant à une jolie brune qui était à côté de nous si elle voulait bien être sa belle-mère.... Cela me rappela un film avec Tom Hanks.... Les clients du restaurants étaient tous émus de voir ce petit garçon faire cette démarche. A la sortie du restaurant, elle couru lui acheter un cadeau, je ne la revit plus jamais, de toute façons je n'était pas prêt.....

Cinq ans passèrent, difficiles, durs. Je commençait à être fatigué, las de cette vie trop dure, je commençais à sombrer....Les courriers administratifs se cumulèrent dans un carton, je n'ouvrais que les règlements de mes clients afin de toujours et encore payer mes dettes et à nourrir cet enfoiré de banquier.....

J'étais au bout du rouleau, lorsque je rencontra Lucile par le biais d'une amie, Sylvie. J'avais déjà rencontré Lucile deux ans auparavant mais elle était mariée. Ma doctrine étant de ne jamais toucher une femme mariée, je l'avais oubliée, mais à regrets car elle était la femme de ma vie, j'en était sûr...Dommage.

Cette fois ci elle était en instance de divorce, donc libre.... C'était la femme de ma vie, nous sommes toujours ensemble pour le meilleur et pour le pire. Elle me sauva la vie, j'étais au fond du trou, je filais droit dans le mur.....

Je passe les galères causées par son ex-mari qui 10 ans après n'a toujours pas fini ses coups tordus....

Julien aima Lucile tout de suite, son besoin d'affection maternelle l'aidant. Il lui demanda même un jour s'il pouvait l'appeler "Maman". Lucile lui dit, tu as une mère je ne peux la remplacer, mais je t'aimerais comme un fils....

ML se réveilla, elle se rendit compte qu'elle avait un fils. Elle avait eu deux autres enfants déjà avec Xavier, dont un était décédé.

Un jour elle téléphona à Lucile et lui dit : "Tu ne le me voleras pas, c'est mon fils!!!!", réveilles toi lui répondis telle!

De la commença une longue descente aux enfers avec Julien, il avait 8 ans et il entendais souvent parler de moi chez sa mère. Non pas en bien, mais toujours en mal. ML se chargeant de casser mon image de père.

Elle obtenu la garde alternée, me détruisant de plus en plus au long des années....

Julien fini par détester sa belle-mère, lui faisant inconsciemment le procès de sa mère....

Entre-temps Lola est née, ma princesse, le deuxième plus beau cadeau de ma vie.

Elle permis à la famille de se souder, Lucile avait aussi deux enfants : Marine, handicapée et Florian.

Julien avait une relation particulière avec sa petite sœur Lola. La vie continuait malgré tout.

ML continuant son travail de sape envers moi, organisa la vie de Julien à mon détriment. Julien l'aidait bien, il chutait dans ses résultats scolaires et fini par être expulsé de l'école privée où il était. Il était devenu violent. L'échec scolaire était en route....

Elle fini par l'inscrire en troisième dans l'école publique près de chez elle, le changer de club de foot, tout cela sans mon autorisation, me forçant toujours devant le fait accompli.....

Je ne put rien faire, Julien étant son arme pour me faire céder....

Entre-temps elle eu un autre enfant et divorça d'avec Xavier deux ans plus tard.... Julien avait 10 ans.

Connaissant les envies de Julien de faire des études hôtellerie (ML voulait qu'il soit avocat!!! Elle rêvait, Julien n'ayant plus le niveau scolaire pour ça), je fini par lui trouver un stage de troisième au Plazza Athénée, palace parisien grâce à ma sœur.

Il fini par rentrer en BEP à l'école d'Etiolles, avec l’appui du patron de Lucile alors député. Évidemment aucune école ne voulant de Julien, il fallait bien un piston.....

Un matin de Juillet 2008, deux jours avant de partir en vacances, après un appel de sa mère dont je ne saurait jamais la contenance, je me battis avec Julien après plusieurs jours de menaces directes envers nous tous de sa part. Je le regrette très sincèrement....

Sa mère, suite à l'appel de Julien, vins le chercher à la maison..... Cela fait trois ans, je ne l'ai pas revu.

Il n'a pas revu sa petite sœur, il a renié sa famille, ses grands-parents....Moi.....

Cela m'a détruit, je suis tombé malade au bout d'un an d'une grave dépression qui a bien failli me coûter ma vie et détruire la vie de deux que j'aime.

La vengeance d'une femme comme ML est terrible, insidieuse, dramatique. Je ne comprend pas cette folie destructrice. Elle n'a pas compris qu'elle a aussi détruit la vie de son fils, son avenir, son psychisme....

Trois ans ont passés, je me reconstruit doucement, j'ai perdu mon travail d'économiste, mes clients mais pas ma vie....

Lucile, à qui je rend hommage, ainsi qu'a ma famille et mes vrais amis ont été très patients envers moi et ma maladie.

Aujourd'hui, après avoir passé de sales moments, je suis partis aux Philippines où j'ai rencontré des gens extraordinaires qui m'ont réappris ce qu'était la vie..... Je ne les remercierait jamais assez. J'avais le choix entre me faire interner en hôpital psychiatrique ou venir ici. Le choix fût judicieux.

J'ai trouvé un nouveau but à ma vie, celiui d'aider un village, une famille la-bas aux Philippines et de créer une association qui me permettra de réaliser ce projet.

Je clôt aujourd'hui ce chapitre de ma vie, pour moi Julien est mort (je sais cela choque), enterré, oublié au fond de ma mémoire. Il sera toujours mon fils, ma porte sera toujours ouverte pour lui. Mais pour ma sauvegarde je dois le considérer comme tel.

J'attend quelque part au fond de moi qu'il murisse et qu'il revienne à de meilleurs sentiments. Un jour il reviendra, j’en suis sûr. Ce sera au tour de ML de souffrir, elle finira seule avec sa méchanceté, j'en suis certain....

La page est tournée, dans deux jours je rentre en France pour de nouvelles aventures qui cette fois, j'espère seront plus roses....

Fin du chapitre......

Tchao pantin....

Commenter cet article

Nomoko Bonota 24/07/2011 01:04



Aprés avoir lu ce chapire je te souhaite de plus jamais vivre tous sa . 



Mobydick 06/08/2011 15:01



Merci Bonota et c'est sûr je ne revivrais plus tout ça, cette page de ma vie est tournée et comme le titre de cette page : Le châpitre est clôs!!!!



À propos

Récit au jour le jour d'un voyage de plusieurs semaines aux Philippines ayant pour but d'organiser un commerce avec la France ainsi qu'un projet d'action humanitaire.